A la une
Du mobilier pas urbain pour nos villages, appel à candidature 2015

Appel à candidature 2015

Pour la 3ème édition du Concours Mobilier “Pas” Urbain, la barrière nous pose question.

En effet, on clôture, lorsque l’on pose une clôture. On barre, lorsque l’on pose une barrière. Mais si on ne clôture pas une barrière, on clôture pourtant l’espace en posant cette même barrière. La barrière est sociale, géographique, économique… et borde bien d’autres espaces encore. La barrière s’ouvre, se ferme, protège un clos, en interdit ou en limite l’accès. Nous l’avons compris, la barrière est là pour barrer, clôturer, enfermer, interdire… Elle est un obstacle matériel ou moral. En sa qualité première de limite, la barrière devient l’obstacle que l’on cherche à franchir.

La barrière s’ouvre sur nos espaces publics. Elle devient protection, instrument de sécurité, d’information. Elle peut être légère, mobile et provisoire. Elle peut délimiter sans limiter. Purement décorative, la barrière devient alors aimable. Transition entre deux espaces, elle marque l’entrée d’un nouveau lieu. Elle est alors le signal d’un nouveau dialogue possible. Elle s’ouvre sur d’autres paysages, sur d’autres points de vue. Source d’inspiration, filtre entre deux espaces singuliers, elle devient suggestion.

Au-delà des limites, il s’agit d’interpréter la barrière publique à sa guise, de lui permettre d’entrer en résistance, tout en lui conservant son rôle social naturel.

Toutes les informations sur le site internet

Pour partager, c'est ici !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*